Quel est le sens du calendrier de l’Avent ?

A peine la Toussaint est-elle achevée que déjà, les rayons des supermarchés voient affluer des bataillons de calendriers de l’Avent, tous plus inventifs les uns que les autres… Alors comment les calendriers de l’Avent en sont-ils venus à envahir nos vitrines ? D’où viennent-ils et surtout, quelle est leur signification ?  

Vous êtes vous déjà promené dans une petite ville pittoresque du sud de l’Allemagne à l’approche de Noel ? Si, par exemple, vous vous êtes aventuré du coté de Gengenbach durant le mois de décembre, peut-être avez-vous eu la surprise d’y voir l’hôtel de ville transformé en véritable calendrier de l’Avent géant ! C’est en effet une longue histoire d’amour que celle qui lie l’Allemagne et les calendriers de l’Avent. En effet, ces derniers sont issus d’une tradition chrétienne d’origine germanique ; laquelle a pour objectif d’accompagner les enfants durant la période de l’Avent, en les aidant à habiter ce temps qui précède Noël.

Mais au fait, qu’est ce que c’est déjà, l’Avent ?

Qu’est ce que le temps de l’Avent ?

La période de l’Avent couvre les quatre semaines qui précèdent Noël. Plus précisément, elle débute le quatrième dimanche précédant Noël et s’étend jusqu’à la nuit du 24 décembre. L’Avent est  le temps liturgique de l’attente, et plus précisément de l’attente de Noël. Il est traditionnellement vécu avec la Vierge Marie qui attendait la naissance de son Fils. Le terme “Avent” (et non pas “avant”) vient du latin “Adventus“, qui signifie “avènement” ou “venue”. Pendant le temps de l’Avent, effectivement, les chrétiens se préparent à la venue du messie dans la nuit de Noël. Il s’agit de faire mémoire de la naissance de Jésus à Bethléem, mais aussi de célébrer la venue, sans cesse renouvelée, de Jésus dans notre cœur. Enfin, il s’agit de nous préparer à l’ultime venue de Jésus à la fin des temps.

C’est pourquoi, de nombreux textes liturgiques appellent à veiller, dans l’attente du retour du messie. «Prenez garde, restez éveillés : car vous ne savez pas quand ce sera le moment», prévient ainsi le Christ dans l’Évangile de Marc (Marc 13, 33-37). Si l’insertion de cette période de l’Avent dans le calendrier liturgique par le pape Grégoire Ier date du VIème siècle, la tradition du calendrier de l’Avent, quant à elle, n’émergea que bien plus tard… en Allemagne.

Mais avant de revenir à l’Allemagne, sommes-nous au clair sur ce qu’est le calendrier de l’Avent ?

A quoi ressemble le calendrier de l’Avent ?

Aujourd’hui, les calendriers de l’Avent prennent des formes les plus diverses : guirlandes,  chaussettes, coffrets en forme de sapin… Il en existe même en format numérique ! Cependant, en principe, le calendrier de l’Avent se présente sous forme de coffret ou de planche cartonnée.

Dans le calendrier, sont découpés un certain nombre de compartiments, semblables à des fenêtres, munies de petits volets en carton. En principe, ceux-ci sont au nombre de 24, un pour chaque jour précédant Noël. Cependant, certaines versions traditionnelles comprennent entre 22 et 28 jours. En effet, la durée du temps de l’Avent peut varier de quelques jours, d’une année à l’autre, en fonction du jour de la semaine sur lequel tombe Noël. Ensuite, chacune des 24 cases du calendrier abrite un cadeau, qui peut être une image pieuse et/ou un verset de l’Évangile. Tous les jours de l’Avent, il s’agit donc d’ouvrir une, et une seule fenêtre, afin de profiter du cadeau qu’elle contient.

D’où vient le calendrier de l’Avent ?

Le calendrier de l’Avent trouve ses origines au XIXe siècle, au sein des familles protestantes allemandes. En effet, au mois de décembre, il était de tradition d’offrir aux enfants des images pieuses, chaque matin, jusqu’à Noël. En 1908, cette tradition inspira à Gerhard Lang, éditeur à Munich, une idée brillante. Ayant regroupé différentes images religieuses sur un support en carton, il commercialisa ce qui devinrent les premiers calendriers de l’Avent. Ces derniers étaient souvent composés de petits dessins colorés, parfois accompagnés de petits versets tirés de l’Évangile et reliés par un support en carton.

Dans les années 1920, ce fut au tour du calendrier de l’Avent à petites fenêtres en carton de faire son apparition. Les calendriers de l’Avent connaissent alors un important développement. Désormais, la créativité est le mot d’ordre : certains calendriers comportent des blocs détachables à colorier, d’autres représentent une échelle orientée vers le ciel (chaque jour, un ange monte une marche supplémentaire). C’est aussi à cette époque que de petites figurines remplacent les images pieuses. Petit à petit, les versions laïcisées des calendriers tendent à supplanter les traditionnels calendriers religieux.

Enfin, les années 1950 voient l’arrivée des fameux calendriers garnis de chocolat. Avis aux gourmands : là aussi, la logique consiste à n’en manger qu’un seul par jour ! Ces calendriers au chocolat ont un tel succès qu’ils s’exportent, non seulement dans toute l’Europe mais aussi dans le monde entier.

Le calendrier de l’Avent aujourd’hui

Avec le temps, la signification religieuse du calendrier s’est considérablement estompée. Indéniablement, il y a eu glissement du calendrier de l’Avent, passant de support catéchétique à un simple produit marketing. C’est ainsi que de nombreuses marques se sont emparées de l’opportunité commerciale de cet outil en créant leurs propres calendriers, non seulement pour les enfants mais pour tous types de publics. Ils rivaliseront d’inventivité pour en décliner la logique de multiples manières. Les images pieuses ont ainsi été remplacées par tous types de cadeaux, allant de la nourriture aux cosmétiques, en passant par l’alcool… et même le cannabis ! Quant au design du calendrier, l’heure est au remplacement de l’antique scène de la nativité par des superhéros Marvel ou encore des princesses Disney…

Fort heureusement, mus par une culture chrétienne qui n’a pas dit son dernier mot, des calendriers de l’Avent old school résistent encore et toujours à l’envahisseur consumériste. Ainsi, le sens chrétien du calendrier de l’Avent a pu être préservé et transmis. Certes, l’ironie du sort a voulu que la logique de la consommation, marquée par l’instantanéité, s’intéresse au calendrier de l’Avent. Cependant, souvenons-nous qu’à l’origine, ce dernier devait plutôt permettre d’habiter le temps de l’attente…

Quel est le sens spirituel des calendriers de l’Avent ? 

Le calendrier de l’Avent, tout comme la couronne du même nom, ornée de ses quatre bougies, symbolise le temps d’attente avant Noël. Cet outil pédagogique rend concret le temps qui passe, un concept souvent abstrait et difficile à appréhender pour les enfants. Dans une société de l’instantané, il s’agit d’inscrire les enfants dans un temps plus long, qui se déroule lentement. En ce sens, le calendrier de l’Avent est un formidable outil pour apprendre aux enfants la patience.

Il projette l’enfant dans le futur sans l’extraire du présent, et lui permet de suspendre momentanément son désir. En effet, il s’agit de n’ouvrir qu’une fenêtre par jour : interdiction de tricher ! La vertu de patience aide donc l’enfant à se construire, dans la maîtrise de lui-même. Alors que beaucoup d’enfants sont aujourd’hui élevés dans le “tout, tout de suite”, il s’agit de solidifier leur volonté. Ainsi, ils ne seront pas esclaves de leur propres caprices. Au fond, comme pour les adultes, le temps de l’Avent permet de cultiver le désir de Noël, et donc de la venue de Dieu, dans le cœur des enfants.

Par ailleurs, le calendrier de l’Avent peut être l’occasion d’une véritable catéchèse pour les jeunes et les moins jeunes ! En effet, lors de l’Avent, nous nous plongeons dans le mystère le plus profond de la vie chrétienne… Dieu désire nous rencontrer, entrer en relation avec nous, au point de se faire l’un de nous. Dès lors, le calendrier de l’Avent, surtout lorsqu’il est accompagné d’images religieuses ou de versets bibliques, peut donner lieu à des discussions familiales très riches.

Publié le : 12/11/2022